La rentabilité sociale précède la rentabilité économique

Introduire la question du genre dans des projets productifs portés essentiellement par des femmes rurales ou vivant en périphérie urbaine amène nécessairement à aborder la vie des femmes et leurs relations avec les hommes de façon plus large et pas uniquement d’un point de vue économique ou « économiciste ».   

C’est faire apparaitre la quantité de travail productif et reproductif, et d’activités économiques et sociales, critiquer les catégories abstraites souvent inadéquates qui les décrivent habituellement, car elles ne correspondent pas forcément à la logique ou aux intérêts exprimés par les femmes, pour peu qu’on leur donne –davantage- la parole.

Tous les projets ici réunis ont en commun d’être en cours. Ils sont menés par des femmes entrepreneuses incluses de diverses façons dans des filières de production et de transformation, traversées par des enjeux variés, d’ordre local, national ou international. Ce sont elles comme sujets, et la question de leur transformation personnelle, et des transformations sociales de leurs relations avec les hommes, dans l’espace public et dans l’espace privé, qui seront au centre de ces projets, et non pas seulement leurs produits ou les filières auxquelles elles contribuent.