Les leçons

1 homme et 2 femmes en formations
Les acteurs et actrices s’approprient les concepts

Le FSP genre et économie « les femmes actrices du développement » a permis de multiples observations et réflexions sur les conditions et implications du développement du travail rémunéré des femmes en Afrique de l’Ouest en milieu rural et urbain

Le travail en consortium, mais surtout l’accompagnement au long cours d’ONG non spécialisées sur le genre mais résolument engagées dans une expérimentation, par des ONG spécialistes,  ont stimulé :

  • la multiplication des occasions de formation, tant des professionnel-les et que des femmes actrices,
  • un vrai suivi,
  • un travail interactif, des apprentissages entre organisations,
  • des échanges dans chaque pays et entre pays,
  • l’alliance avec un groupe de formatrices africaines.

Les réflexions

Shémas montrant la par de l'homme dans les taches ménagères
Les hommes aussi changent

L’autonomisation économique des femmes africaines, ça veut dire quoi ?

Les témoignages ont montré une progressivité dans l’autonomisation des femmes au niveau familial et social dans leur conquête du travail rémunéré :

  • niveau 1 : que le mari ne l’empêche pas de travailler, de gagner de l’argent ou de se former,
  • niveau 2 : que le mari ou l’entourage facilite les sorties et déplacements (démarches, formation, commercialisation), notamment en assurant une relève domestique,
  • niveau 3 : que l’entourage, la société reconnaisse l’importance et les bienfaits des apports économiques des femmes : c’est-à-dire qu’elles ne soient pas obligées de dissimuler leur contribution économique pour ne pas gêner leurs maris, qu’elles ne soient pas ignorées dans la mesure de la richesse locale ou nationale, que les maris ne diminuent pas leurs apports économiques au fur et à mesure que les femmes augmentent le leur,
  • niveau 4 : que soient construites de meilleures conditions de travail (vers un « travail décent au sens de l’OIT), et un premier partage des tâches domestiques,
  • niveau 5 : un processus de professionnalisation, par la constitution de filières plus fortes, des formations labellisées, une reconnaissance par les chambres des métiers,
  • niveau 6 : la mixité des filières et professions, l’égalité salariale.

Vers une plus grande reconnaissance du travail rémunéré des femmes

Revendication née dans les années 70-80 et toujours présente, les femmes africaines ont exprimé leur très forte demande de reconnaissance de leur apport économique par leur famille et par leur communauté ainsi que leur aspiration à des lieux spécifiques leur permettant de séparer le travail domestique du travail rémunéré et de travailler dans de meilleures conditions matérielles et techniques. Autant que l’augmentation nominale de leurs revenus.

Une formatrice enregistre l'intervention d'une femme actrice
Formatrice et femme actrices élaborent ensemble

De nouveaux besoins en services

Sont apparus de nouveaux besoins : des garderies, y compris en milieu rural. Ce qui montre que la famille africaine (les familles africaines, car elles sont très diverses) ne peut pas toujours assumer les soins aux enfants quand les mères intensifient leur travail rémunéré. Des relais doivent être pris. Dans certains cas, sont apparus des besoins en termes de modernisation ou sécurisation de l’accès à l’eau et l’énergie.

A la conquête du marché africain

Beaucoup de projets se sont lancés à la conquête du marché ouest africain (national et international) pour construire la souveraineté alimentaire dans des filières basées sur des produits locaux. Produire, vendre, convaincre les consommateurs et consommatrices de renoncer aux produits importés pour faire vivre l’économie locale est un défi que les femmes relèvent avec enthousiasme. Elles n’hésitent pas à franchir les frontières pour aller dans les foires commerciales et même à installer des points de vente dans les pays voisins, pour les plus avancées d’entre elles.

Le commerce équitable aussi

D’autres ont assumé le défi  d’accéder à des filières de « commerce équitable » ou « bio » et à certifier leurs produits. Des labels africains sont également en train d’émerger.

Combien gagnent les femmes ?

Quant à la mesure des revenus générés, les mesures sont en cours. Les femmes en effet aspirent à gagner plus d’argent, elles en ont besoin pour elles-mêmes et pour leurs familles. Dans les zones rurales, comme dans les quartiers urbains, l’économie se monétarise, tout se paie, même l’eau ou la mouture du mil. Commencer par gagner autant que le « smic » local, qu’une bonne vendeuse du marché, que la « dolotière » (fabricante de bière de mil), diversifier ses sources de revenus, avoir une activité constante et non pas saisonnière, puis grandir progressivement vers des entreprises viables, est l’ambition des femmes des groupements et coopératives.