Les Outils

Une démarche de recherche-action-formation

La démarche d’introduction d’une perspective de genre dans des projets économiques doit être outillée, que les projets s’adressent à des femmes (le plus souvent) ou à des groupes mixtes. Il s’agit essentiellement d’une démarche de recherche-action-participative ou de recherche-action-formation, selon que l’accent est mis sur la participation des intéressé-es ou sur le processus de formation et d’auto-formation des mêmes personnes.

On trouve de nombreux manuels sur le genre dans les projets de développement. Tous commencent par un diagnostic dans lequel il s’agit de faire apparaitre des éléments qui sont habituellement occultés ou des chiffres qui n’existent pas.

Des outils d’analyse

Femme devant un tableau intitulé Budget-temps

Certains projets ont les moyens de faire des enquêtes approfondies, mais la plupart doivent commencer leurs activités et produire des données tout en avançant. La réflexion sur ce qu’on va ensuite mesurer, c’est-à-dire la recherche qualitative, précède donc la recherche quantitative. Le premier atelier de formation sur le genre, en février 2010 a donc été organisé dans cet esprit : susciter des questionnements et des réflexions collectives appuyée sur des outils participatifs, afin d’amorcer une nouvelle dynamique.

C’est pourquoi Enda Europe a sélectionné et adapté des outils d’analyse issus de son expérience, mais qui sont maintenant en accès direct sur papier ou sur internet. La formatrice les a simplifiés pour en faciliter l’appropriation par les professionnel-les des projets et les dirigeantes associatives (et les quelques hommes présents). Ces outils ont été présentés et pratiqués lors des ateliers de formation de Ouagadougou en février 2010 et Keur Moussa en février 2011.

Carte sur une table
Les hommes et les femmes dans la ville - Atelier Ougadougou 2010

Cartographie sociale

Ces analyses se font le plus souvent par des dessins, sous forme de cartographie sociale, qui permet à chacun de s’exprimer et de visualiser les analyses que font les autres participant-es.

 

Un des projets a fait l’objet d’enquêtes approfondies, le projet sésame de Tech Dev au Burkina Faso. Les enquêtes ont été réalisées en deux cycles auprès des femmes agricultrices et auprès de leurs maris, afin de mesurer du point de vue des deux acteurs les avancées et difficultés autour des changements d’activités, de rôles et de représentations. Ces enquêtes ont fait l’objet de débats au sein du consortium lors de réunions d’information et lors des ateliers de formation.

Manuel de formation

Les outils ont été complétés par la remise de manuels de formation, notamment les « indispensables du genre », produits par l’association belge « Le monde selon les femmes ».

Ils ont ensuite été mis en pratique par les équipes de projet :

Retour d’expérience

L'animation

Femme qui rit

Tout au long des ateliers, il a été insisté également sur l’importance de l’animation, afin de faciliter la prise de parole des femmes, et stimuler la réflexion. Les séances commencent par des présentations ludiques, et un temps pour exprimer « attentes » et « craintes » au regard de la formation qui commence. 

Le dessin, les jeux, le théâtre sont des outils qui permettent de briser la glace et de dire des choses difficiles, profondes, percutantes ou « subversives ». Après un bon moment de rire, certaines femmes ont ainsi pu prendre la parole en public sur d’autres sujets, elles n’auraient jamais osé si l’atmosphère n’avait pas été détendue. D’autres ont pu parler de violences subies en poèmes. D’autres se sont moquées gentiment des hommes. Des agronomes et présidents de fédération hommes ont représenté des saynètes où les hommes du village s’introduisaient dans les coopératives de femmes pour leur voler leur argent et le dépenser en actions politiciennes.

Ces outils permettent également aux femmes de mieux comprendre, mémoriser et s’approprier les réflexions.